Retrouver l'aplomb





Une posture d’aplomb pourrait se traduire par une position d’équilibre dans laquelle la colonne vertébrale retrouve sa verticalité et ses courbures naturelles à partir du sacrum et du bassin jusqu’à la base du crâne. La gravité couplée à une attention particulière apportée sur la colonne guide le corps vers l’aplomb :

La colonne s’allonge et se supporte par elle-même, sans effort, avec comme socle un bassin détendu, tous les muscles du dos relâchés. Dès lors, le sujet trouve dans cet équilibre une stabilité et une relaxation de tout le corps.

Notre mode de vie actuel nous a fait perdre l’aplomb que nos ancêtres avaient acquis naturellement au cours de l’évolution.



                                                   



La colonne vertébrale, élément central structurant


Aujourd’hui, dans les pays industrialisés, 80% de la population consulte un médecin au moins une fois dans sa vie pour une douleur affectant le bas du dos (lombalgie ou problème d’articulation sacro-iliaque), le centre du dos (dorsalgie) ou la nuque (cervicalgie). 85% de ces douleurs ne sont pas liées à une lésion spécifique ou à une maladie.

Dans les pays non industrialisés, les populations souffrent moins de ces maux. Il s’agit souvent de personnes plus actives dont la colonne logée au sein d’une profonde rainure courant du bas au haut du dos témoigne d’une colonne bien musclée et d'un bassin antéversé.



Nous faisons subir un stress considérable à notre anatomie par le fait de la mauvaise posture que nous adoptons, que nous soyons assis ou debout. Ces mauvaises habitudes posturales sont prises tôt dans la vie. Tout d’abord dans la manière dont nous sommes portés bébés – bassin rétroversé bien souvent. Puis dans la manière dont on nous assoit ou laisse dormir, dans des sièges en forme de coquille, style transat. La conception de ces mobiliers, censés nous apporter plus de confort, accentue l’inversion des courbes naturelles de notre colonne vertébrale. Or une fois nos routes neurologiques posturales construites, nous maintenons ces habitudes dans la vie adulte et continuons de nous asseoir en position affaissée, bassin rétroversé. Habituer ainsi notre corps à rétroverser le bassin aura à terme des effets négatifs sur notre santé.

Ainsi, le mal de dos est considéré comme le mal du siècle et on estime que 8 personnes sur 10 ont ou auront mal au dos au cours de leur existence.

Composition de la colonne vertébrale

La colonne vertébrale, aussi appelée rachis, est composée de 24 vertèbres articulées les unes aux autres et séparées par des disques intervertébraux et de 7 à 9 vertèbres soudées (sacrum et coccyx). La taille de ces vertèbres augmente au fur et à mesure que l’on descend le long du rachis. La colonne vertébrale sert ainsi de « mât central » au corps humain. Les 4 courbures (sacrum-coccyx, lombaires, dorsales et cervicales) que l’on trouve successivement le long de la colonne vertébrale lui permettent de mieux absorber les chocs que si elle avait été rectiligne.


C’est sur elle que s’attachent tous les muscles dorsaux, permettant ainsi au tronc de se mouvoir et à l’ensemble du corps de se dresser.

Colonne et système nerveux


La colonne vertébrale est le siège du système nerveux central. Aussi, certains en viennent à penser que chaque niveau de vertèbre est en relation avec un organe du corps lui correspondant. Un organe malade peut avoir une répercussion sur une vertèbre et inversement, une vertèbre mal positionnée peut avoir une répercussion douloureuse sur un organe.



N’oublions pas que lors de la formation de l’embryon humain, la colonne vertébrale est l’un des tout premiers organes à se développer. Il s’agira plus exactement du tube neural qui se forme dès la 4ème semaine. Tout le système nerveux se développe à partir de cette structure : le cerveau, à l’une des extrémités du tube, de même que la moelle épinière (logée au sein de la colonne) et les nerfs. Dans la grille de classification des êtres vivants, l'homme est considéré comme un bilatérien. Cela signifie que son corps est symétrique et l’axe de cette symétrie est notre colonne vertébrale.


Le rôle essentiel du bassin et du Sacrum




De forme pyramidale inversée, le sacrum est formé de la soudure de 5 vertèbres dites sacrées. Il est situé entre le coccyx et la colonne vertébrale et s'articule dans le bassin entre les 2 os iliaques. À noter que chez la femme, le sacrum est plus large que chez l’homme. Cet os joue d’ailleurs un rôle important lors de l'accouchement, en modelant le crâne du bébé.
Mot d’origine grec, Sacrum signifie objet sacré ou acte religieux. Il était considéré à certaines époques comme un temple ou un sanctuaire, sans doute car il est lié aux organes reproducteurs, assurant aussi un rôle protecteur.




Le sacrum est le siège de la Kundalini pour les yogis.

Étant situé à l'extrémité de la colonne vertébrale, le sacrum joue un rôle essentiel dans la recherche de la posture d'aplomb. Le poids de tout le haut du corps transite par cet os sacré qui s'adapte et s'articule autour de cette verticalité cherchée.

Le sacrum symbolise de ce fait l'évolution de l'homme, car il s'est formé et modelé dans la recherche de celui-ci à se redresser et à acquérir la faculté de tourner le bassin, de l'antéverser, afin de trouver l'équilibre et la stabilité.

Il est la jonction entre le monde animal et celui de l'être humain.






Quant au bassin, il est constitué des deux os coxaux latéraux (ou os iliaques), du sacrum et du coccyx. Les articulations des deux os iliaques avec le sacrum sont les articulations sacro-iliaques. Vues de l’extérieur ces deux articulations s'apparentent en deux petites fossettes situées des deux côtés du bas du dos, plus ou moins à l’endroit où vous portez une ceinture. Les articulations sacro-iliaques ont la tâche de répartir le poids du haut du corps sur les hanches et les jambes. Ces articulations sont donc en permanence lourdement mises à contribution. La plupart des plaintes du bas du dos sont d’ailleurs causées par des problèmes au niveau d’une des articulations sacro-iliaques.

L’aplomb naturel 


Le jeune enfant trouve l’aplomb progressivement en apprenant à se relever, à tenir debout et à marcher : une recherche constante de l’équilibre lui permet de se redresser.

L’aplomb est aussi trouvé chez les personnes portant de lourdes charges sur leur tête : ces personnes trouvent naturellement cette verticalité et n'ont jamais mal dans le dos. Leurs muscles sont détendus, leur bassin ante-versé et leur colonne vertébrale "normalement" cambrée s’étire en réaction à la charge. Ces éléments se positionnent correctement afin de protéger lombaires et dorsaux. L’antéversion du bassin est d’ailleurs une méthode apprise aux haltérophiles pour soulever leurs barres sans se faire mal aux lombaires. 
           
sens de rotation : bassin antéversé

Les bénéfices de l’aplomb 


Apprendre à (re)trouver la posture de l’aplomb vise à restaurer la structure naturelle de notre corps, sa posture primitive, et de modifier si nécessaire et en douceur la façon dont nous nous tenons, nous asseyons et nous déplaçons. Si nous faisons cela, nos vertèbres s’alignent correctement les unes au-dessus des autres, les muscles se relaxent et quand nous respirons, la respiration passe dans notre dos, stimulant la circulation. 

Un dos à la verticale et allongé trouvera un équilibre naturel. Cette relaxation des muscles fait que nous n’avons à fournir aucun effort pour nous tenir debout. On se repose en se tenant debout ! 

Les connexions nerveuses sont reliées directement au sein de notre colonne vertébrale (moelle épinière) à la base de notre cerveau. Trouver un équilibre, nous permet donc d’éliminer les tensions et favorisera la concentration et les qualités intellectuelles. 

Une colonne vertébrale bien alignée permet à toute votre attention de se diffuser dans le corps et de vous centrer. 

Une personne d’aplomb sera moins fatiguée lors d’efforts, digèrera et respirera mieux, ce qui apaisera son mental.

La colonne vertébrale est insérée dans notre dos et avec elle toute notre structure et notre système nerveux. Prenez-en conscience grâce à la respiration. La respiration agit sur toutes les vertèbres. Quand les poumons se remplissent d'air, nos côtes s’écartent au moyen des muscles intercostaux. Ces côtes étant rattachées entre chaque vertèbre à notre colonne vertébrale font levier et créent un espace entre chaque vertèbre. 

Amener en conscience la respiration dans le dos consiste ainsi à ressentir ce massage tout au long de la journée de la colonne par la respiration. Cela nous apporte un bien-être, élimine la douleur et favorise ainsi une éventuelle guérison. 

Trouver l’aplomb permet de structurer une posture qui crée de la force et de la résilience tout en réduisant la compression, la tension et la dégénérescence. Les effets sont souvent immédiats et durent toute une vie. 

Trouver l’aplomb apporte donc de nombreux bienfaits :

– Étirement, stimulation et renforcement de la colonne vertébrale

– Détente du corps et des muscles

– Diminution des tensions dans le corps, 

– Assise correcte (position de travail), atténuation progressive des tensions dans le dos

– Maintien d’une stature droite au fil des années, amélioration de notre apparence

– Augmentation de notre énergie, notre endurance et notre flexibilité

– Respiration naturelle retrouvée : meilleure oxygénation de l’organisme

– Ré équilibrage et protection des organes

– Réduction, voir élimination des maux de dos, de la nuque, et d’autres douleurs musculaires ou articulaires

– Prévention de la dégénérescence et des blessures musculaires ou articulaires

– Amélioration de la concentration et des qualités intellectuelles


Posture accroupie de détente

Conclusion

Assis, debout ou en marche, une posture d’aplomb permet de retrouver ce relâchement dans tout le corps : le bassin antéversé détendu en étant la source et la colonne vertébrale étirée, le guide. 

Prendre conscience de ce relâchement est possible, dans chaque situation de la vie courante, et peut devenir avec la pratique un réflexe retrouvé, comme celui de l’enfant.

Pratiquez à tous moments : dans la rue, à la maison, au travail, au lit, en étant assis, couché, en marchant et même en courant.

« Il est indispensable de maîtriser l’art de se tenir debout correctement. Lorsqu’on est véritablement en Tadasana* le corps se sent léger et l’esprit acquiert de l’agilité. » B.K.S. Iyengar

*Tadasana, posture de départ du Hatha Yoga pour toutes les postures debout.